Disparus les enseignements
des Druides?


Au conflit du Sabre et du Goupillon, du Marteau-famille, de la Rose etc..., ajouterons-nous la Faucille d'Or?

Qu'espérons-nous? Que recherchons-nous? Que fait vibrer en nous ce mot "Celtisme"? Par quelles images évoquées nous fait-il ainsi sourire?

Les deux points évoqués dans nos premières interrogations - l'impossible retour au passé historique et les conflits d'opinion - évoquent bien nettement et symptomatiquement pour nous une "secte" (au sens originel du mot) persécutée par le christianisme officiel comme le fut celle des Druides du Celtisme: la Secte des Alchimistes; mêmes accusations de sorcellerie, de paganisme, identiques critiques sur leurs désirs matériels plus que spirituels, de pouvoirs sur la matière et non de soumission au Pouvoir divin, etc... Et leur message n'insiste-t-il pas sur l'Unicité de chaque être et de chaque époque, sur les influences astrales et, par conséquent, sur l'impossible systématisation des expériences - une évidence redécouverte par les chimistes modernes?

Par une ruse identique à celle de certains Druides qui surent, sur les cathédrales, graver leurs propres images "hétérodoxes" parmi celles de l'orthodoxie chrétienne ou y transformer les "bondieuseries" en enseignements ésotériques, ils surent, ces Alchimistes, ajouter à leurs symboles, voire endosser sur leurs symboles, les Croix, Christ, Vierge Marie, Rois Mages, Etoile Miraculeuse, Lance, Vigne, Fils de l'Homme, Table du Paradis, Ange, Résurrection et autres imageries de leurs persécuteurs...

Ainsi firent, en d'autres lieux, les Maîtres du Vaudou; ainsi firent, en d'autres époques, les transmetteurs des cultes ancestraux... Qui les voulait "lire" chrétien les lisait chrétien; mais qui les voulait approfondir, qui les voulait déchiffrer pour autrui, les lisait "en vérité". Le "Pape des Escargots" - dans le livre de H. Vincenot comme dans le film magnifique qu'en tira la télévision lyonnaise - illustre ce fait, historiquement rapporté, au sujet, en particulier, de Saint Bernard, par les ouvrages techniques.

Trouverions-nous alors chez ces Alchimistes les bases cachées d'un enseignement oral que les plus anciens textes qui en rassemblèrent les souvenirs ne suffisent pas à nous révéler autrement que par bribes et uniquement lorsqu'un autre enseignement nous les a déjà quelque peu dévoilés (voir ainsi par exemple, pour Guyonvarc'h, l'hindouisme etc...).

Certainement, car justement et symptomatiquement, ces Alchimistes assurèrent eux-mêmes le décryptage des "monuments" (au sens originel) où les Druides cachèrent, sous la couverture chrétienne, leur propre message: n'y entendons-nous pas évoquer les constellations (connaissances des "bergers"), les Diane, Vénus, Hermès, Mercure, les éléments naturels? Et les pierres, dragons, licornes, aigles, corbeaux, vieux chênes, Fontaine de Jouvence, androgyne auxquels nous sommes habitués par les légendes et sagas issues officiellement de cette filière ancestrale ?
N'y trouvons-nous pas les rituels de nos ancêtres: le culte de la Pierre, de l'Eau, de la Rosée du matin, du "Père Feu", de l'Arbre, des Cierges et du Loup Vert? Et de leurs coutumes: "jeu des enfants", "travail de femmes", etc... ?

N'y lisons-nous pas la traduction "païenne" de la Fête des Rois, de sa Galette, voire même de la Crèche de Jésus (le culte du Feu en la paille), de la Messe, de la Procession du 1er Mai?

N'y notons-nous pas que "ce sont l'observation expérimentale des phénomènes naturels et un travail manuel précis qui permettent à l'alchimiste de parvenir à la Connaissance et à la Sagesse, à l'accomplissement des lois de la nature"? (Introduction p. 32, 34 aux Dix Traités de Jabir ibn Hayyan-Sindbad, 1983).

N'y retrouvons-nous pas le Métallurgiste, ce Forgeron qui, dans tant de civilisations "primitives" est Maître du Chemin, par sa connaissance de l'Art du Feu et des Mines?
Sous le nom de Vouivre, Tarasque, etc... le Druide le traque, ce Feu, en ses hauts-lieux (telluriques), le pousse, d'athanor en athanor, d'être humain en être humain jusqu'à leur perfection...

Oui! C'est là "un lied bien singulier. Celui qui nous l'apporta était un mineur de passage, venu de loin et qui maniait de façon étonnante la baguette divinatoire. Son chant (...) obscur et incompréhensible exerçait une si mystérieuse attraction (...) qu'à l'état de veille il occupait l'esprit comme un rêve" (Novalis. Henri d'Ofterdingen); et sa langue est la nôtre, actuellement encore, mais perçue par ce "don des langues", cette connaissance de la Langue matricielle des Oiseaux, des chevaux (Cabale) ou des Dieux (cf. les travaux de J. Monard dans la Revue Triscèle ainsi que notre Hiéroglyphes Français et Langue des Oiseaux, Dictionnaire des Racines Celtiques de P. Malvezin. S.F-F, 1903).

Nous disposons donc, par eux, d'un corpus d'enseignements très précis; double: descriptif (complexe) et imagé (simple), révélation et commentaires (ésotérisme et exotérisme, Mystère et religion), théorique et pratique... "la sœur de la Prophétie" (Jaldaki), comme le compagnonnage dérivé également du Druidisme (voir page 34, Les Druides de C. Guyonvarc'h).

Ce, sur deux plans:
- "païen" (et nous employons ce mot dans son acception actuelle et non point dans le sens péjoratif ancien, faute d'un autre terme)
- chrétien.

(Ces deux plans se métamorphosent sans cesse de l'un à l'autre, à la manière des sorcières de nos Contes devenant animaux, ou des visons des aborigènes australiens: un gage de vérité puisque unification des opposés et non systématisation toujours relative).

N'est-ce point cela que nous cherchons, espérons, ce que le mot "Celtisme" fait vibrer en nous?:

La compréhension, au-delà des formes (surtout chrétiennes!) du patrimoine humain unique - et ce mot, déformé pour fourvoyer les "imbéciles" signifie bien le Père unique, ou l'Unité de la Patrie, cette "antique science qu'Adam apprit de Dieu lui-même" (Musée Hermétique. XVIIe siècle); l'entente cordiale, ou lien du Cœur véridique - non "d'artichaut" - avec tous nos compagnons sur la Terre; connaissance des dieux, de leur message et par là, amour pour leurs créations... afin de pouvoir être utile tant aux dieux qu'aux humains en maintenant le message de cette compréhension-constatation sous n'importe quelle imagerie... et l'harmonie dans notre propre univers.

Disparus les Enseignements des Druides ou abandonnés par notre manque de curiosité devant "les figures hiéroglyphiques et les énigmes" qui "cachent au vulgaire les mystères de la vraie chimie", "afin que le vulgaire et même les savants qui ne seraient pas initiés à leurs mystères, n'y comprissent rien" (Dom Pernety. Dictionnaire Mytho-Hermétique) ?

Disparus les Enseignements des Druides, de la Vérité et de la Nature, ou rejetés par notre vanité imbécile (au sens originel) qui croit que l'on peut s'initier tout seul ou que la Connaissance s'obtient au bout de quelques années, par une accumulation de connaissances livresques et autres âme-usements dissipateurs d'Energie?

Non... Eternellement présents pour leurs vrais "disciples"!

Emmanuel-Yves Monin

Article inédit d'Emmanuel-Yves Monin,1987.

A voir aussi :

Article

arkologie-numero7-octobre-1991

Au sujet du "Celtisme"

Article d'Emmanuel-Yves Monin,
paru dans la revue "Arkologie" N°7, octobre 1991.

Article

 
Article d' Emmanuel-Yves Monin
paru dans la revue "Arkologie"

Article

Revue-planete-gaia11-septembre-2012

Article d' Emmanuel-Yves Monin
paru dans "Planète Gaia" N° 11, Septembre 2012.

Livre

Livre_d_Emmanuel-Yves_Monin-le-manuscrit-des-paroles-du-druide-sans-nom-et-sans-visage


Le Manuscrit
des Paroles du Druide
Sans Nom et Sans Visage

Un ouvrage de base complet, pour approcher la Doctrine des anciens Druides.

Website

La Mère Universelle

La Mère Universelle
Depuis l'origine des temps et dans tout l'univers, les humains ont toujours honoré
la Mère Universelle,
figure allégorique féminine, omniprésente dans toutes les civilisations sous de multiples noms et d'innombrables formes. Depuis l'époque des Vénus paléolithiques, des Déesses-Mères de l'Antiquité jusqu'aux représentations laïques modernes, au centre de toutes les religions, ces figures mettent en avant toujours les mêmes attributs, révélateurs des fonctions qu'elles occupent.....

http://lamereuniverselle.fr/

 

Pour le Maintien des Valeurs Traditionnelles