Le mystère des mystères...

Mystérieuse année 1960 où la mode des Mystères saisit la France...
Jusqu'à cette date, écoles et médias enseignaient les «vérités» simples, utiles ou futiles, celles qu'il fallait connaître pour être «cultivé», pour s'élever dans l'échelle sociale ou vivre «normalement»! Écoles de l'éducation nationale ou des religions officielles, avec leur morale, leurs philosophes, leurs héros: pas de mystères, là, mais des certitudes, des dogmes, des slogans. Rien à «redire»! Certes, dans certains cas, mais fort rares, (tel l'Immaculée Conception ou «pourquoi les chiens n'ont-ils pas de caries dentaires?», ou les Tables tournantes!) un rapide sauve-qui-peut utilisait le mot-concept-bateau: «mystère»! Mystère de l'Incarnation, des guérisons miraculeuses?...
«C'est comme ça»!

Pas même besoin alors de lancer: «ne cherchez pas à comprendre!», «circulez, il n'y a rien à voir»... car bien assez d'occupation avec les Etudes pour certains, et pour la majorité, tout simplement, avec le Travail et la Famille. Pour tous: assez d'occupations pour remplir fort utilement toutes les journées... On n'allait tout de même pas s'inventer des problèmes à résoudre, des questions totalement inutiles pour améliorer un tel  quotidien ronronnant ou paisible... Époque pragmatique et active où les Mystères quotidiens se résolvaient chaque jour... tout seuls: réussirons-nous à nous lever demain? Nos amours tiendront-elles? Pourrons-nous payer ceci ou cela...? Ah! quelle sérénité lorsqu'on ne pense pas à élucider les mystères ordinaires, que l'on est patient, confiant dans la solution qui viendra bien toute seule en son temps. Quel repos mental lorsque l'on sait se contenter, et rarement, dans les cas graves seulement, de la divination d'une Voyante!

L'ANNÉE-CLEF POUR L'OUVERTURE:

Et soudain, 1960! Les Mystères se déversèrent... et l'on commença à y prendre goût! Ah! comme on les aime, encore aujourd'hui, ces mystérieux Mystères qui nous solidifient dans les thèses de secret, de complot, de «on nous cache tout»!
Il me semble (qu'en pensez-vous?) que le Déclencheur fut «le Matin des Magiciens» de Pauwels et Bergier avec, ensuite, ses nombreux enfants: les revues Planète (de 1961 à 1971). Quelle jubilation, en cette époque, de voir remises en question des évidences historiques; de percevoir que des vérités nous avaient été cachées, que....
Et les Soucoupes volantes arrivèrent... avec quelques petits hommes verts de-ci de-là... et le Triangle des Bermudes fit des siennes... et les Pyramides commencèrent à faire croire qu'elles abritaient des secrets et à ouvrir à maints questionnements... Et... et... Regardez les titres des ouvrages célèbres d'alors: toute la série des Enigmes de l'Univers de Laffont, la revue  Lumières dans la Nuit, la redécouverte des ouvrages de Georges Barbarin, de Lobsang Rampa et de la collection "J'ai lu" qui le publiait. Surgirent, croisèrent et se multiplièrent tant de questionnements sur les Voyages astraux, les Expériences de mort imminente, les contacts avec les défunts...
On allait vous dévoiler les «Phénomènes inexpliqués , vous faire connaître des réalités «dans des domaines de la connaissance à peine explorés» (Pauwels)... L'invisible rendu visible! Les civilisations mystérieuses, fantastiques, l'Histoire inconnue, les sociétés secrètes, les médecines anciennes, les guérisons miraculeuses, la voyance, les passes magiques et les Lois de la Chance étaient dévoilées, décryptées pour tout le monde.
Le 3ème Œil, la 4ème, puis la 5ème dimension, le 6 ème sens, le 8ème continent...lançaient les lecteurs sur de nouvelles pistes mystérieuses: l'Orient, le Tibet inconnu, l'akasha, Shambhala, l'aura, la voyance, la transmigration, le voyage astral, le karma, la télépathie, les mutants,  la (plus tard!) mécanique quantique, les champs morphogénétiques, le paradigme hologrammique, jusqu'aux..., les derniers Mystères en date,  crop circles!

Mais, par là même, on faisait s'interroger plus encore, les révélations n'étant très souvent que des pistes et des tremplins vers d'autres énigmes à approfondir: le cas extrême n'aurait-il pas été le Mystère de Rennes-le-Château qui suscita tant et si longtemps des recherches intellectuelles, et même des fouilles sur le terrain? La contemplation des phénomènes para-normaux, la planche wi-ja ou le verre parleur, l'élucidation, par la Symbolique, du Mystère des Cathédrales (Fulcanelli), tout cela, qui était seulement, jusqu'alors, le fait des «happy few», intriguait et intéressait désormais un plus grand nombre de gens. On questionnait les Tarots, les astres, le Yi King. Oui! quel que soit les vocables énigme, arcane, surnaturel, miracles, secret, révélation, le maître-mot-chef-de-file est finalement: «les Mystères». Pas étonnant !

HISTORIQUE :

En effet, ce terme rappelle la chrétienté, dans son monde profane du Moyen âge, où le spectacle de théâtre qui  représentait des Miracles de Saints ou du Christ se nommait Mystères; et même si l'étymologie ne vient pas de notre sujet, mais de «cérémonie», le contexte pouvait conduire cette expression culturelle historique vers un équivalent de Mythe des origines.
Les érudits savaient sans doute également que la Grèce usait de ce vocable pour ses enseignements initiatiques, distinguant les petits et les grands Mystères, la découverte de liens entre moi et Moi, dirais-je pour simplifier, et entre Moi et Tout... Donc, dans ce cas: pour le retour du disciple à son Origine.
Mais qu'importe cela aujourd'hui... sauf pour ce texte, si l'Inspiration me permet de l'écrire jusqu'au bout, et où cela pourrait sans nul doute servir!

POURQUOI ?

Passons du méta-physique au psychologique: constatons que l'époque (années 50) en avait eu assez des évidences jamais remises en question et qui s'avéraient souvent erronées, frustrantes, traumatisantes, castratrices, dans le quotidien de chacun; la Révolte physique contre le Père, qui éclata en 68, se préparait déjà dans le Mental!le-mystere-des-mysteres-par-Katell-le-bourdonnec
Évident! L'école et l'existence avaient appris à penser: on était naturellement conduit ainsi à se servir de cet outil pour congédier le «normal» morose et monotone, pour briser les carcans du rationnel, pour s'ouvrir, malgré soi, à «autre chose»: à l'inconnu..., au Mystère!
Le détonateur et le catalyseur du Matin des Magiciens arrivèrent au «bon moment»: bien évidemment pour qui comprend la hiéro-histoire ou le paradigme hologrammique; ou le «hasard» qui n'en est jamais un !
Les champs morphogénétiques, dirons-nous, générèrent partout dans la société l'intérêt pour les mystérieux pouvoirs (sur quelque plan qu'on le choisît): des hallucinogènes, du yoga, des arts martiaux, de la lecture du Tarot, de l'astrologie, de la nourriture saine, des plantes médicinales); puis, historiquement, des cristaux, des énergies angéliques, des techniques ancestrales et exotiques de découverte de soi... Aux U.S.A., en Europe, puis, aujourd'hui: un peu partout sur la planète...
Historiquement, pour ne citer que quelques-unes des filières étrangères de ce mystérieux Mouvement centré sur les Mystères, apparurent, à peu près à la même époque, la traduction italienne de Planète, Pianeta, le Mas Alla d'Espagne et le Man, Myth and Magic d'Australie... Mais quel foisonnement d'autres revues semblables  ensuite.

QUEL ENGOUEMENT !

Ce qui nous semble intéressant de remarquer, c'est l'engouement que suscitent tous les Mystères que les livres, magazines, conférences et «ateliers», offrent de vous éclairer ou de vous aider à résoudre. Dans tous les pays, aujourd'hui: le secret des Templiers, l'énigme de Jeanne d'Arc, la vie inconnue de Jésus en Inde, le sens caché de tel ou tel ouvrage ancien, de telle cathédrale, les Clefs secrètes pour pénétrer dans le Savoir caché, l'Univers secret de ceci ou de cela...  Regardez les titres en quelque pays européen (surtout!) que ce soit! Et même pour la littérature enfantine!
Pourquoi ne pouvions-nous plus, à cette époque et ne pouvons-nous plus depuis, nous contenter de l'ancienne expression populaire: «mystère et boule de gomme»?... Eh bien!... Mystère!
Oui! voilà bien le vrai mystère à élucider!

Pourquoi sommes-nous, aujourd'hui encore, poussés à élucider l'origine de la construction des Pyramides, le lieu géographique d'Atlantis, d'Ys, à savoir où sont déposés les restes de l'Arche de Noé ou de l'Arche d'alliance? Sérieusement: à quoi peut nous servir, pour notre quotidien, de savoir si l'Année 2012, après tant d'autres dates au fil des temps, marquera vraiment un changement stupéfiant? Pourquoi résoudre des grilles de mots croisés ou de su do ku, chercher à  découvrir, avant la fin, l'énigme policière d'un roman? Notre existence en sera-t-elle changée, plus heureuse? Pire lorsque l'on sait que les prétendus «mystères» sont des montages purement imaginatifs et littéraires, comme l'un de ceux cités précédemment ou le Da Vinci Code,... des arnaques intellectuelles comme les Crânes de Cristal prétendument «antiques», des décryptages toujours remis en question (depuis Nostradamus, par exemple, jusqu'à la constitution de la matière)?
Et de plus: sommes-nous déjà sûrs que les Secrets dévoilés sont véritablement des secrets dévoilés? Depuis le temps et le nombre d'ouvrages sur la Franc-maçonnerie, par exemple, y trouvons-nous jamais du «nouveau»? Pourquoi donc  préférons-nous si souvent les thèses qui maintiennent, en fait, le mystère de tant de Mystères, aux études précises ou aux thèses universitaires de ceux qui remontèrent aux sources et exposèrent, documents à l'appui, certaines de ces mystifications? Et comment se fait-il que nous continuions à valoriser ces éternelles tartes à la crème, à laisser planer le mystère, ou à planer avec lui et l'entretenir ainsi?
Serait-ce parce que nous sommes entrés dans la civilisation des loisirs et n'avons rien de mieux à faire? Mais alors, a contrario, pourquoi, jadis, les Alchimistes, les «vrais» philosophes, allaient-ils interroger les Sages, consulter, fort loin de leurs pays parfois, des manuscrits rares et mystérieux; explorer des continents inconnus?
Bon! «C'est  humain», serait sans doute la seule réponse valable!... Une curiosité naturelle nous propulse vers le caché, l 'occulte, nous presse à essayer de «soulever le voile»; à savoir «ce qui se passe dans le monde» en lisant le journal, écoutant chaque jour radio ou télévision... Mais  pas seulement le mystère qui cache ce que l'on ne connaît pas encore mais que l'on sait exister (de la grille des mots croisés achevée aux populations au coeur de l'Amazonie); mais de soulever le voile que l'on pressent nous dissimuler une vérité ultime, la réponse à la question que l'on ne se pose pas toujours consciemment, mais qui nous hante profondément; celle qui nous  apparaît quand on «creuse» nos motivations, notre conditionnement, nos habitudes inconscientes: à savoir le sens de notre, et de, l'existence.

C'est cela le Mystère ultime qu'il faudrait découvrir par soi-même pour cesser d'avoir à chercher partout, pour cesser d'avoir... à voir que les «on-dit» et les «je-vous-assure» ne vous rassurent jamais complètement; que nos «propres» découvertes ne sont généralement que la répétition de la découverte des «autres»; que «les autres» qui décryptent ou lancent la mode de certains Mystères ne sont, peut-être, que captifs eux-mêmes d'une motivation bien plus mystérieuse et fort inconsciente... Pour nous amener à comprendre qu'il nous faut découvrir par nous-même, par expérience, notre fascination pour le mystérieux, le caché, l'occulte, «l'autre»! Oui! Cela va loin!

ETYMOLOGIE :

Revenons plus près, dans la source des mots! Elle peut nous éclairer, l'Etymologie, en nous disant que Mystère provient de mutos, muet, et a donné «Mythe».
Ne pouvons-nous pas percevoir que, dans chaque «énigme», nous cherchons, en réalité, le Mythe (tiens! nous y revoilà!) qui lui sert de propulsif? Le Fil conducteur recouvert par les Perles du Collier de la Manifestation... Cette Unité de base de l'existence, ne la percevons-nous pas parfois, grâce à des lectures de textes «anagogiques», à des événements naturels ou artificiellement émis qui déplacent notre point d'assemblage (Castaneda dixit), qui nous font «vibrer» (le «you feel the vibes, man» des Hippies ou l' «amour»)?
Si nous sommes capables de rassembler notre «vécu» dans une Légende universelle et éternelle, une Trame mythologique qui peut, pour les plus rationalistes ou jnana-yoguiques, être l'Unité dodécalogique..., nous pouvons avoir un aperçu du Point originel, de la Source créationnelle: cela correspond aux «petits mystères» de l'Antiquité. Y font écho les Mythes de toutes les mythologies du Monde!

AU BOUT :

Cet «au-delà» de notre réalité ordinaire, n'est-ce pas l'explication de nos recherches passées, quelles qu'elles fussent: scientifiques, religieuses, philosophiques, pour «élucider» la raison d'être des choses... et de soi; c'est-à-dire le Mystère de l'Existence, la vision des illustrations des «états multiples» de notre être, du «fiat Lux» biblique?
Restera à «découvrir» le Mystère de la Vie, c'est-à-dire le mystère du Mystère de l'Existence lui-même.
Ce sont là les grands Mystères des initiations de  l'Antiquité. Plus rien alors  à «élucider» (racine lux: lumière), car toute recherche ou découverte est du monde du Binaire (je et la chose); mais tout à per-ce-voir en «lumière» (illumination), dans le un-sans-second (dira le Taoïsme).

La Langue des Oiseaux expliquera: Mystères, M Y : aime Y, l'Unité qui peut se manifester par le deux (androgyne), s'établir dedans (stare latin) et, par conséquent, se taire (S-tère). Or, on le sait, Mutos signifie muet, silence; c'est la «nuit des sens» de St. Jean de la Croix, le «non-né, non-formé, non-devenu» du Bouddha, la Vacuité du Zen, la Virginité, dans Maître Eckhart, etc.; là où plus nulle question ne se pose....

DANGER !

Cette «mystérieuse» propulsion naturelle vers la réalité sous-jacente à toutes choses, vers cette découverte ultime, nous la subissons  plus ou moins inconsciemment... Dans la quotidienneté, si l'on veut bien regarder, c'est elle qui nous fait jouer et jouir chaque fois, avec les «petits» mystères qui la composent.
A chacun les siens: toutes les énigmes sur lesquelles les magazines, les médias, les philosophies, les religions nous font nous interroger, méditer, chercher, questionner, faire des élucubrations; en fait, nous occuper mentalement! Oui! toutes les questions que l'on pose, que l'on se pose: curiosité, intérêt, hésitations, doutes, recherches de quoi que ce soit! Pour le «pratique», pour le «progrès», l' «évolution», le «système D», le «mieux»...
N'est-ce pas à l'opposé du «lâcher prise» qui donnerait accès à l'Intuition véridique, à l'Inspiration, à l'utilisation de l'Intelligence originelle (voir notre ouvrage sur le sujet !)? N'est-ce pas toujours, au contraire, le  «Moi-je... y-arriverai-bien-tout-seul», Le «ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent» de Victor Hugo?... La Vanité!

C'est le double aspect de toutes choses: notre juste Curiosité «méta-physique», le Propulsif de la Vie en nous, est prise en relais par notre Vanité.
C'est vrai: quelle joie mégalomaniaque de trouver (en nous ou dans nos références) des réponses aux mystères de notre environnement! Quelle jubilation de comprendre pourquoi le niveau des mers s'élève, pourquoi c'est tel microbe qui fait tel dégât, pourquoi tel mot correspond à telle définition, pour la grille des mots-croisés, d'apprendre que les pierres des Pyramides n'ont pas été traînées par des milliers d'esclaves qu'on n'aurait jamais pu nourrir..., mais faites artificiellement...
Et les Mystères arrivent, de plus en plus nombreux: grâce à eux, j'amuse mon mental, cet obstacle au passage de l'Energie directe, de la Lumière de la Source créatrice...
On va comprendre différemment alors le logion de Saint Thomas (dans son Evangile): «Que celui qui cherche ne cesse de chercher jusqu'à ce qu'il trouve; et quand il trouvera , il sera bouleversé et il entrera dans le Royaume des Cieux»...
Bouleversé! Pas besoin de la Langue des Oiseaux pour comprendre ce «renversement des lumières» dont parle la Tradition...
Pas besoin non plus de ces intermédiaires merveilleux que sont, pour les gens mentaux, les Koans, ces questions à la réponse totalement en-dehors du binaire logique du mental et mystérieuse, par conséquent,... et faisant dépasser toutes les énigmes!
Pas besoin de mantra, les authentiques, personnels, donnés par un maître «éveillé» pour un semblable effet, mais  destinés aux gens émotionnels...
Ni de Dodécalogie poussée à l'extrême, dans ce même but, pour les gens plus concrets...
Ni d'hallucinogènes pour les plus pressés qui oublient que cette découverte nécessitera ensuite la même réalisation sans aide artificielle....
Non! l'existence ordinaire suffira amplement, avec toutes ses merveilles, ses énigmes, ses éternelles inconnues quotidiennes redynamisantes qui nous poussent à vouloir connaître la suite, le lendemain, l'avenir: surtout pour les plus curieux, les plus motivés à découvrir, puis à enquêter et à tenter de résoudre tous les Mystères offerts, puis les mystères jaillissant de leurs propres découvertes... Et tout le monde, un à un, au fil des temps, finira bien, un jour, par souhaiter dépasser cette multiplicité jouissive pour le «bas mental»; par lassitude, constat d'inutilité vitale, même s'il faut auparavant y consacrer une grande partie de son existence! Pour découvrir le mystère ultime....

ON CONCLUT ?

Les Mystères, alors? On le comprend réellement: ils offrent une bonne raison de chercher (circare, faire des cercles, tourner en rond) pour, peut-être un jour, par le vertige, se «recentrer» mentalement (par le dit: «haut mental») en se questionnant: «Est-ce utile de découvrir tel et tel mystère», «en suis-je véritablement plus heureux de vivre»? «Quel est le Mystère que j'aimerais véritablement élucider?».
Début, alors, du cheminement dit «initiatique» des petits Mystères... Etc... Ou bien, Voie dite courte dans les traditions: entrer directement dans le Mutos, le Non-agir; aller s'asseoir en silence (stare et mutos!) comme le Bouddha au pied du banyan.

On le voit: le mystère des Mystères est élucidé...
Mais demeure un autre grand Mystère, bien plus préoccupant pour l'existence quotidienne de la plupart des êtres humains, pour eux ou les personnes de leur entourage:  par quel Mystère a-t-on ou n'a-t-on pas envie de quitter le Jeu des Mystères, la multiplicité des questions, des énigmes, des joies de la recherche et des découvertes?...
Pourquoi cet attachement aux Mystères et cette peur conjointe d'enfin découvrir «le Mystère», l'ultime mystère de tout?...
Là est le grand Mystère individuel!...

Emmanuel-Yves Monin

En relation avec cet article, on pourra lire, de son auteur:
l'Inspiration (Éditions Dervy),
l'Esotérisme du Petit Prince, suivi de Jonathan le Goéland et de Siddhartha,(Éditions Dervy),
Hiéroglyphes et Langue des Oiseaux (Éditions Y. Monin),
L'Univers en Code-barres (Éditions Y. Monin).

Article d'Emmanuel-Yves MONIN,
paru dans: "Guetteur de l'aube", sept-oct 2008

 

Pour le Maintien des Valeurs Traditionnelles