"Initiatique"?...
Vous avez dit "initiatique"?

Tant de groupements, ordres, écoles clament le terme «initiatique»…
Tant d'ouvrages ou de romans exposent le «cheminement initiatique»  de leurs protagonistes…
Mais il est également, un peu partout,  des «initiations» à la poterie, à la danse, au bridge…
A un peu tout!

Allons-nous d'emblée définir ce mot à la mode en l'accompagnant vers son origine étymologique? Allons-nous nous lancer dans des explications métaphysiques, avec documents-arguments de religions «traditionnelles» à l'appui, écoutant leurs explications «techniques»? Non! Ceux que cela intéresse vraiment sauront les trouver dans les ouvrages de référence sur ce thème.

L'AIDE ARRIVE!

Il nous semble plus intéressant, édifiant ou attristant, ou... amusant, de regarder ce que recouvre ce terme dans l'énoncé et les programmes des groupements susdits! Internet nous facilite la tâche... en mettant d'autres notions en parallèle explicatif. Surtout «émancipation» et «libération-liberté»...
On lira, passim: «C'est libérer l'homme qu'il faut! Renonçant à l'état de "sous-humains"... s'engager au labeur de la libération et de l'émancipation de l'homme... Vers l'émancipation spirituelle de l'humanité, une émancipation de la pensée. ...Les éduquer, les fortifier et en faire des collaborateurs; grâce à une élaboration des connaissances rigoureuse et non asservie aux modèles idéologiques dominants pour devenir des êtres conscients, responsables, actifs, créateurs.» [1]
Le cri de «guerre» (eh oui!) de ceux-ci est donc bien tout d'abord: «On va vous en sortir!»... Clamant que c'est là une nécessité primordiale pour chacun et pour l'humanité!
Vous «sortir» de l'oppression des religions, des maîtres, des maris-machos, de la famille, de toutes dictatures, physique, idéologique; de tous modèles de raisonnement, d'action... Emancipation d'un peuple, de la pensée; pour soustraire aux influences de... aux contraintes de... à la domination de...

Avec la promesse: «Nous avons les vraies connaissances à vous faire connaître pour cela. Nous allons vous apporter un plus»... Oui! Toutes appellent autrui (toujours autrui!) à se relier à leur propre pensée-doctrine-idéal. Donc, si l'on observe quelque peu le message de maints de ces groupements «émancipateurs» qui clament: Libération... libre arbitre... libre pensée... on perçoit qu'ils veulent affranchir autrui du Bouc émissaire qu'ils ont stigmatisé pour eux-mêmes! De tout «autre qu'eux», en fait ! Sans conscience de l'absurdité de leur message «N'écoutez personne ! Croyez-moi !», bien stigmatisé par Nietzsche: «Je veux que chacun choisisse lui-même son modèle: c'est ce que je fais»!...

SAUVETAGE!

Est-il besoin de noter que ce terme «émanciper» trouve son origine dans l'achat d'un esclave (manu capere, prendre par la main)... et que le E (ex) signifie que l'on va l'extraire de là!
Examinons la situation et le processus de ces sauvetages: on réalise facilement, lisant ainsi l'exposé de leur méthode au hasard des citations d'Internet, qu'il ne s'agit là que de «tendre la main» à ceux dont on a libéré les mains... des mains du précédent captateur! Puis de les «(re)prendre en main » de nouveau... jusqu'à ce qu'un autre Artisan de l'Emancipation vienne clamer: «Libérez-vous! Emancipez-vous! Ne soyez pas endoctrinés, envoûtés, captifs de ces "charlatans"!» Et, main tendue pour les «aider» à s'en libérer, le voici captant ce «patient» à son tour!

Ainsi la «culture» est sensée libérer de l'ignorance... Telle religion de l'emprise de la précédente (celle des «sauvages», généralement!). Telle pratique va annihiler l'étouffoir de vos tabous et totems... Initiation à la Poterie, à la Danse, au Bridge pour vous sortir de votre train-train quotidien...
Initiation aux Arts martiaux, au Tir pour vous libérer de votre peur d'autrui... Initiation à la Philosophie, à la Comptabilité... pour accroître vos connaissances...

APPRENTISSAGE :

Le synonyme général de ce terme «initiation» n'est-il pas alors simplement «apprentissage»?
Et tout n'est-il pas «apprentissage» au cours de l'existence quotidienne? Depuis la leçon de français ou de mathématique jusqu'aux relations affectives, en passant par le jeu de billes de la cour d'école, avec ses bagarres; et tout voyage: les fameuses «croisières initiatiques» aussi bien qu'une sortie hors de sa maison!

Pourquoi ce mot alors? Où est la différence?
Toute dite «initiation» officiellement placardée est là pour secondariser cette réalité: elle fait prendre conscience du processus d'apprentissage, donc de changement (ladite «évolution» qui n'est peut-être pas toujours ascendante!) Le Yi King expose bien ce «mouvement» de «changements» perpétuels!
Cette conscience permet de vérifier l'utilité de ces changements (de situation, de pensée, de dada, de conceptions); la valeur pragmatique ou non de ceux-ci, le sens même (ultimement) de tout «changement».
Les «courants» initiatiques, quels qu'en soient les promoteurs (religieux ou profanes) sont les supports pour cette triple aide:

  • Aide à un mieux-être par libération des conflits de tout «esclave» d'un système déplaisant.
  • Réconfort mental («enrichissement»).
  • Aide à la prise de Conscience de la relativité ou de l'inanité de maintes notions établies comme «absolues»: évolution, liberté, aide, changement, libre-arbitre, a-théisme, an-archie, etc. A constater que «tout a lieu d'être»; que tout est outil... utile! Le licite comme l'illicite, le Bien comme le Mal, la Bêtise comme la Lucidité, le Yin comme le Yang, etc....

Et chacun ainsi de choisir sa «voie», son Mouvement, son Ecole, son Cours, son Voyage «initiatique» suivant ses propres «goûts», impulsions, traumatismes, besoins d'identification, de compensation, de repos confortable, de redynamisation... Suivant son caractère... son «vécu» (qui en dépendait déjà !)...
E-man-cipation par rapport à la précédente...mani-pulation (prendre à pleine main !)... avant la suivante...

Mais, dans notre existence, grâce à celles-ci, à tous ces «mouvements» vers autre chose que le déjà-connu... les Passages, les Etapes, les Stations sont ritualisés, c'est-à-dire vus et non plus seulement subis aveuglément, inconsciemment... Le constat de ces modifications devient conscient, un constat que l'on ne ferait pas naturellement tout au long des changements édifiants de chaque minute de l'existence, si un «Père Fouettard» ne nous y forçait avec ses dogmes, ses rites, ses observations de symboles, ses interdits, ses obligations, ses explications, etc.!

SE SORTIR DES VOIES DE SORTIE :

A contrario et en parallèle, il nous a semblé intéressant de noter l'absence d'un semblable «esprit de prosélytisme» dans les philosophies grecques anciennes; leurs «présentants»... Oui! Pas des re-présentants, car, amoureux de la seule Sagesse qu'ils découvrent dans leur existence ou en constatant les évidences exprimées par d'autres de Ses amoureux... Leurs présentants, donc, «chantent» ce qui «coule de source pour eux»... D'eux, par eux... Directement! Naturellement! De l'incarné! Pas du répété-rabâché! Pas de promesses, de mots d'Ordre... Pas de combat d'exclusivité! En France, au XVIe siécle, la Chasse d'Amour d'Octavien de Saint-Gelais concluait de même, entre autres auteurs de par le monde: lorsque l'on a compris la Vie et ses Lois existentielles, que faire d'autre qu'admirer et louanger cette Mécanique... et en profiter soi-même pour vivre heureux?
«En attendant quelque bonne aventure/ Passons le temps à chanter ou danser»...

Pas pour rassembler autour de soi des êtres à qui on prendrait la main, comme parents avec enfants, comme Maître et esclave! Non! Chanter et laisser «les petits enfants», ceux qui n'ont pas oublié ce que c'était que de vivre dans l'insouciance et l'émerveillement, se joindre à leur Chant de Joie... Au moins de temps en temps; dans d'authentiques carnavals «libérateurs», des cérémonies de «lâcher prise», dans des Rassemblements «naturels» de «Vivants»; sans spectateurs-voyeurs!

Ne serait-ce pas là la véritable émancipation offerte: la libération des dogmes, des habitudes, des modes de vie de «la foule en furie»? «Far from the madding crowd I stand» (Th. Gray)... Le seul individu capable d'ainsi offrir le Modèle de l'Emancipation ne devrait-il pas être, tout simplement, celui qui assume sa solitude «ontologique», voire sociale, voire intellectuelle, voire méta-physique. Oui! «Pouvoir se passer du réconfort que les autres procurent», conclut justement l'un des anciens Philosophes grecs (Marc-Aurèle); véritable é-man-cipation! Non?

La Sagesse, la Sophia, la Madonna Intelligentzia que les Pensées de ces «Présentants» (Dante, Boèce, etc.) exposent pourrait avoir pour titre général: les Lois de l'Existence... «La Loi, Protection de l'homme sur la Terre» (Karuna Platon)... Hédonisme, Joie de vivre, Conscience des effets, des causes, des paramètres... dans le Ici et Maintenant!
Pas pour un Paradis futur, pas pour après de longues études, pas en pratiquant telle ou telle cérémonie, en se mimétisant à tel ou tel Totem (Saint chrétien ou laïque), pas en s'évertuant à vivre suivant des vertus souvent aberrantes, inconciliables avec l'existence et qui créent effort, culpabilité, refoulement dangereux pour plus tard, explosion en haine d'autrui, etc.

Regardons de même les courants dits «païens»? Pas les Mouvements avec rituels pré-établis, rites plus ou moins soigneusement ré-itérés, voire s'identifiant à une «religion» (à la Crowley, au Diable, à la Mère universelle, à un Esprit tutélaire local...); non! Mais les «courants» dont les seuls «totems» sont des éléments «naturels»: soleil, arbres, rivières, animaux... qui, bien que permettant des «attachements émotionnels» en fonction des psychismes individuels, ne constituent qu'un attachement à l'être humain «naturel», aux évidences saisonnières, aux lois de la Nature...
Retour aux racines pre-civilisation, ce mot civilisation considéré comme créant toujours des techniques artificielles et de plus en plus ambiguës au fur et à mesure de la multiplication des individualités disparates concernées par elle.
Comme pour la philosophie grecque ancienne: visions, concepts pragmatique...
Regardez les relations des Indiens d'Amérique avant l'arrivée des «émancipateurs» blancs! Les Points cardinaux, les éléments de la Nature, les Animaux... comme émanations de leur Créateur; et donc à observer, à suivre, à imiter, (à en être « chevauché » dira le Vaudou)... Pas à louanger; pas à voir en dehors de soi, dans cette dichotomie complexante entre soi et le Tout! Pas de lutte pour devenir conforme à un Modèle (rarement «modèle» à suivre, lorsque les conséquences en sont perçues!), pas à s'identifier à des idéaux fantasmagoriques (notions de Pureté, de Liberté, d'Amour sans consistance)!
Ecoutez les multiples «Construisons notre temple avec les matériaux les plus purs pour attirer le Saint-Esprit afin qu'il fasse en nous sa demeure... Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait» (Bible Math.)... Soyez donc humain! Soyez sympa! Be you! Faites le bien! »; etc. Et même, a contrario, les injonctions à la Saint-Jean: «N'aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde», qui implique, pour qui sait lire, le suicide, l'émancipation par excellence; mais sans «émancipé» alors!

La véritable «émancipation»?
Epicure le constate, mais ne le clame pas pour émanciper autrui! Chantant sa joie d'avoir compris!
«Toutes choses difficiles a atteindre ne (sont) pas nécessaires» (Epicure). Oui! La conscience de la limitation ou du flou de tous ces préceptes captateurs... ne serait-ce pas là la véritable «émancipation»? La vraie "libération"?

EX = HORS DE...

Si nous élargissons ce constat en écoutant les êtres qui, ayant vécu cette Libération-Emancipation, en témoignèrent, nous entendons le chrétien Maître Eckhart, émancipé même des notions chrétiennes de Dieu:
«Quand j'étais dans ma propre cause, je n'avais pas de Dieu et j'étais cause de moi-même, alors je ne voulais rien, je ne désirais rien car j'étais un être libre et me connaissais moi-même selon la vérité dont je jouissais. Là, je me voulais moi-même et ne voulais rien d'autre, car ce que je voulais je l'étais, et ce que j'étais je le voulais. J'étais libre de Dieu et de toute chose.
C'est pourquoi nous prions d'être libre de Dieu...
Nous disons donc que l'homme doit se tenir quitte et libre de Dieu, sans aucune connaissance, ni expérience que Dieu agit en lui...»

Et dans l'Hindouisme? Dans la Katha Upanishad, (2/3: 14) par exemple:
«Quand tous les désirs qui demeurent dans le cœur tombent, un homme mortel devient immortel et il atteint Brahman ici même.» (Brahman: la source unique de la réalité... Le début de Tout...)
Pour ceux qui n'écoutent pas les interprétations émotionnelles, psychiques, compensatoires, faciles ou commerciales des termes, Initiation ne signifie-t-il pas retour à l'initiale, au tout début, à la Source de Tout?... Tout simplement! Donc à la véritable libération du «multiple» qu'il soit en «forme» physique, émotionnelle ou mentale... Dans le Non-où du Soufisme, dans le Non-autre de Nicolas de Cues... Dans le Tat Sat... la sonorité OM ultime universelle (du chant des abeilles ou du bruit des avions!)....

Et de chanter, alors, comme après la Chasse d'Amour:

En écho à Sénèque:
«Le sage n'espère rien, ne désire rien et il ne s'élance pas dans l'incertain...»

Au Cabaret de l'Amour, comme Kabîr:
«Ma volonté s'en est allée / Et j'ai atteint la perfection!
La robe du désir est maintenant usée, / Et l'illusion s'est dissipée!»

Parmi les Celtes :
«J'ai été sous de nombreuses formes avant que je ne sois libre...» (Combat des Arbrisseaux)

Auprès des Hindouistes:
«Je suis celui qui anime l'arbre de l'univers. Je suis comme cette réalité pure (le Brahman suprême) qui est le Soleil. Je suis le trésor brillant. Je possède une intelligence excellente. Je suis immortel et impérissable.»: paroles de Triçanku après qu'il ait atteint la libération.(Taittitiya Upanishad 1.10)

Il chante son Unité, comme dans l'hymne védique Saman: «Je suis la nourriture. Je suis celui qui mange... Je suis celui qui unit les deux, la nourriture et celui qui mange la nourriture... Je suis l'aîné dans l'ordre du monde et je suis même supérieur aux Dévas. Je suis le centre de l'immortalité... »

C'est le Jivan-Mukta, libéré pendant son existence et dont les attributs sont alors Sat, Chit, Ananda (Existence, Connaissance et Félicité absolues)...

Tout autre détachement n'est-il pas partiel, hormis celui qui place hors des contingences terrestres: dans l'Immortalité? La conscience de la Mort n'est-elle pas en effet une ultime notion qui «attache» au corps, à la peur, au Temps et aux lieux?

Les philosophes grecques ne mentionnaient-ils pas que, face à cet "obstacle"... «Ne sais-tu pas que la source de toutes les misères de l'homme, ce n'est pas la mort, mais la crainte de la mort?»; avec le constat vraiment «émancipateur»: «Accuser les autres de ses malheurs est le fait d'un ignorant; (;..); n'en accuser ni un autre ni soi-même est d'un homme parfaitement instruit.»(Epictète)

Et Krishnamurti n'aidait-il pas à sauter cet obstacle en exposant l'inanité de ce «concept» et de tant d'autres colportés?

SORTIE = DANGER!

Devant ce pas mental à franchir pour se libérer de cette dernière (la pure!) notion, que valent les détachements d'une notion, d'un dada, qui attachent à un autre dada, à une autre notion?...
Mais ce saut véritable dans «l'inconnu» n'est pas un conseil qui plait aux Artisans officiels de l'Emancipation à ceux qui ne veulent ou ne peuvent percevoir que tout Cheminement est un attachement au chemin, à un but... et qu'aussi merveilleuse soit la Carotte offerte in fine, elle ne dispensera pas des angoisses de la prochaine disette et de la crainte de la fin de l'existence!
Des Marguerite Porète, Abélard, Maître Eckhart, Pic de la Mirandole, Michel Servet, Giordano Bruno, Galilée, Jakob Boehm, Jean Scott Erigène, Al Halladj, Averroès, Sohrawardi, Joachim de Flore en firent l'expérience, terminant au bûcher ou bannis par les Emancipateurs ou les Marchands du temple anti-émancipation!...

RETOUR AU PRINCIPE :

Et si la Voie initiatique, ce chemin vers l'Emancipation et la Libération véritables, passait justement par cette réalisation, la vision des Dragons des Contes, des «Belles Dames sans Mercy», des Chevaliers noirs, des Alliés, même, dans le Chamanisme?
Ainsi se résout la question du «bien» et du «mal» , de l' «utile» et de l' «inutile», du «traditionnel» et du «moderne», du juste et de l'erroné; au-delà du «refus du monde» pusillanime et schizophrénique... Réconciliation de tous les opposés!
«Vivre seulement le présent, tu pourras passer tout le temps (...) jusqu'à ta mort avec calme, bienveillance et sérénité.» (Marc-Aurèle)

Tout Cheminement est alors considéré comme nécessaire, indispensable à l'approche de cet état de suprême désillusion; pour réaliser que «j'ai oublié de vivre», pris que j'étais dans l'existence et tous ces gadgets, philosophies et promesses de toute la civilisation de m'«émanciper» !...

La voie «longue», constate l'Alchimie... Certes! Mais permettant, grâce à des émancipations localisées, des libérations réconfortantes, un bien-être certain, même si seulement temporaire... Un face-à-face brutal avec la réalité du processus serait sans nul doute mortifère!

Des réconforts miroirs aux alouettes, alors? Certes, très souvent... Mais qui permettent de séparer le blé de l'ivraie, de faire le constat des bienfaits (parfois) de la précédente idéologie qui nous avait captée!

Toujours aide, on le voit, ces Cheminements initiatiques vécus en connaissance de cause, pour le retour conscient aux Vérités universelles, celles qui ne sont pas altérées par les paramètres individuels... Ultimement...

Et depuis ces Principes retrouvés: le Principe *[2], initial *[3], se révèle être, en vérité (!) l'Initiation!

Emmanuel-Yves Monin

NOTES :

[1] Tapez ces mots sur Google pour en trouver les Auteurs.

[2] Etymologie: principal, venu en premier.

[3] Etymologie : primitif, primordial...


 Article D`Emmanuel-Yves Monin
paru dans "Planète Gaia" N° 13, Mars 2013.

 

Pour le Maintien des Valeurs Traditionnelles