La Libération des
"potentiels intrinsèques de créativité"

Il se trouve merveilleusement bien placé, là devant moi, dans un café-brasserie, ce monsieur d'un certain âge qui mange... et qui parle tout seul. Une parfaite illustration de quelqu'un qui manifeste sa «créativité», non?... , si l'on veut bien utiliser le vocabulaire à la mode actuellement. Pour ceux qui assistèrent ou participèrent à des Ateliers de création ou de Créativité, pour «créer sa vie», pour «devenir ce que tu es»,  par «responsabilité créatrice», nulle différence: on   s' «exprimer» comme on  le «ressent».

La Libération des La fameuse «créativité» :
Certes, si l'on se base sur articles et vidéos qui foisonnent autour de ce terme «moderne» (1971), nous interrogerons peut-être alors notre première affirmation; nous questionnerons, par là-même, sa signification et ses acceptions.

Comme le ferait tout bon élève, nous ouvrirons un dictionnaire «moderne» ou Internet pour ce faire; en serons-nous récompensé? Certainement, mais fort indirectement, les définitions se résumant, comme pour beaucoup de termes devenus familiers, à la conclusion que devant la foisonnante diversité de ses contenus, on ne saurait en tirer aucune autre! Un mot-bateau, comme Amour, Liberté, etc.... Lisons ensemble:

Aujourd'hui, les définitions de la créativité sont très, très nombreuses. Un livre en donne une sélection des 101 meilleures, formulées par des experts. Comme elles sont la plupart contradictoires, les auteurs laissent le soin au lecteur de conclure.(...) Le sens commun la définit seulement comme l'acte de créer quelque chose de nouveau.(...) Il n'y a toutefois véritable créativité que s'il y a mise en application pratique, la réalisation d'une oeuvre.

La curiosité vous fait-elle taper Créativité sur Youtube, ce média on-ne-peut-plus ouvert à l'actualité et aux coutumes sociales de tous niveaux? Quelle absence de surprise; mais quel réconfort pour étayer la conclusion précédente! Écoutons comment on veut «rendre les gens plus créatifs» tout en refusant d'associer aux création, structuration, renforcement «pour exister» d'une œuvre celle des «gestionnaires ou des financiers» qui la font se déployer! Créativité continue, non, comme tout sur terre?

Ne sommes-nous pas ainsi acculés à faire de ce concept le simple équivalent de Manifestation, si nous considérons les notions adjacentes (nouveau, œuvre, développer) avec un peu de rigueur intellectuelle...

Oui! Tout simplement et malgré tous les particularismes affichés de plus en plus qui tentent de faire du séparatisme entre Créativité et cette Expression naturelle de tout être humain, toute expression humaine est, à chaque instant, une Création, (= donner existence) même si seulement une re-création; et l'action en est «Créativité»!

Ateliers de Créativité, techniques pour améliorer, libérer, stimuler la créativité ...Gribouillis, Méditation, brain-storming ...pour exposer, faire applaudir, et glorifier  son «œuvre» (méthode, attitude, littérature, danse, etc.). Serait-ce à dire que, pour certains, la Créativité naturelle des individus n'est pas «la bonne»? Qu'elle doive être remise en question, extraite par forceps ou déployée autrement, ou plus amplement, que par son processus naturel quotidien, sempiternel et universel; que l'on ne supporte pas, chez les autres ou chez soi, ce qui s'exprime naturellement?...

 Quelle créativité!» entend-on s'exclamer devant l'abondance de l'œuvre de tel ou tel «artiste» d'arts appliqués comme de productions plus mentales... Bien évident, dans ce «règne de la Quantité»(Guénon) ! Mais n'entendons-nous pas également: «c'est de la créativité, ça!». Évidente encore, cette obsession  «moderne» symptomatique, cette quête du «nouveau», du «différent», vu l'incapacité de l'actuel à toujours octroyer le Bonheur et la défiance légitime face à l'ancien, au «traditionnel», où se mêlent grain et ivraie!

Des Techniques :
Nombre de magazines foisonnent d'offres de Techniques pour aider à la manifestation de la ...manifestation des êtres humains! Quelle générosité, quelle conscience sociale, quel  altruisme pour aider l'humanité?  Ou bien: quel aveuglement face à «ce qui est» , au «tat sat», au «ici et maintenant» prôné par tant de philosophies traditionnelles? Connaissez-vous l'image fort édifiante  de G.Meyrink du dressage d'un cheval: sans mettre une barrière de plus en plus élevée devant lui, cet animal se contenterait de n'être que ce qu'il est... Mais, questionne alors l'auteur: a-t-il besoin de devenir  grand sauteur d'obstacles?

Observons, sans sentimentalisme humanitaire, religieux ou compensatoire de notre malaise vital face à notre existence souvent fort limitée, ce que nous entendons par la glorification de ces Techniques de déploiement de tels potentiels d'expression des «autres»? Qu'attendons-nous comme résultat pour eux? N'est-ce pas uniquement ce que nous attendons POUR nous: une meilleure image de notre environnement grâce à des êtres plus épanouis, plus créatifs, plus «authentiques», plus joyeux, etc.?...

Nous préoccupons-nous de «leur vérité»: de leur capacité à être autrement, de leur possibilité d'assumer les conséquences, au sein de leur famille ou de leur société, de tout changement personnel? Sommes nous certains de ne pas les pousser dans une voie de «garage», comme il fut un temps de la valorisation, par l'ergothérapie, de toutes les manifestations prétendument «artistiques» de certains schizoïdes? Ils «tombèrent de haut», par la suite, devant le peu de reconnaissance publique de leurs soi-disant «talents»?

Conséquences :
Oui! Si l'on veut bien regarder les trois types de conséquences de toute Aide à l'humanité plus ou moins aveugle (c'est-à-dire motivée par nos propres obsessions), nous ne pouvons que faire référence aux fruits actuels «poussés» par techniques modernes, aux drogues «pour le déploiement de la conscience» ou pour assoupissement du mental et libération de l'Inspiration, à la conduite assistée des voitures et à l'assistanat émollient. «Ne pas donner de poisson, apprendre à pêcher» dit parfois, observatrice et en un sursaut de bon sens, la parole populaire...

Donnons des exemples plus précis: le retour des maladies soignées sous hypnose lorsque le patient réalise qu'il ne fut pas maître de sa guérison, la «perte de la foi», la mutation des microbes, la stérilité des terrains épuisés par la productivité à outrance et sans jachère, les «dépressions» des désillusionnés des  techniques religieuses (à la Bouddha historique), l'accusation familiale ou amicale ( !) pour tout changement trop apparent, introversion ou joie de vivre, d'être membre d'une «secte» dangereuse vous coupant de votre société et de son soi-disant «bon sens»! Quant à l'effet de l'alcool et autres produits libérateurs des énergies créatrices, ne peut-on pas convenir du fait que, au-delà des «créations»,  le créateur ( !) de ces créations n'est généralement que de plus en plus «introverti» et «coincé» dans sa manifestation quotidienne?  Égocentrisme atrabilaire, misanthrope ou hargneux  de «l'incompris»!...

Ces trois conséquences des Techniques d'Ouverture à une manifestation plus ample ou différente de ses potentiels vitaux, les voici donc: physique (épuisement), relationnel (changement perturbateur), mental (aliénation avec soi-même). Rassemblons toutes ces conséquences par leur Unité grâce, justement, à ce dernier terme: c'est l'A-liénation! Et bien vite, des explications, car nous avons conscience, en parlant ainsi, d'aller à l'encontre de maintes conventions new-age et  maintes philosophies actuelles confondant vie et existence, évolution et simples changements (dans le sens du Yi King), psychologique et «réel», psychique et spirituel, phantasme et vérité intérieure, métaphysique (Aristote) et méta-physique (au-delà de la Nature).

Libérer son potentiel ? Pour quoi faire ?
Que cherchons-nous à obtenir, soit  pour  les «autres»,  soit pour soi-même en valorisant  la «recherche  intérieure»,  la manifestation, l'épanouissement, les prises de conscience, une meilleure adaptation au monde, des inventions, des innovations, toutes ces formes de soi-disant amélioration de la condition du moment proposés partout par magazines new-age, conseils «philosophiques» modernes et publicités internationales d'Internet?

Qui sommes «nous», d'ailleurs ?
Nous? Les artistes, scientifiques, experts, hommes politiques, managers, formateurs, enseignants, lit-on sur un site... ajoutant l'autre facette de ce «nous» par: «chacun d'entre nous»; ce que nous traduisons par: les êtres mal à l'aise dans leur état du moment, puisque cherchant à s'en extraire en... extrayant  «le meilleur» d'eux-mêmes, leur «potentiel intrinsèque créateur». En  font partie, bien évidemment, tous ceux qui n'ont pas encore atteint la «libération», le Tao, le Un-sans-second, le «Principe des principes», suivant le vocabulaire culturel ou cultuel de chacun! Tous ceux qui se sentent donc «bloqués» dans l'expression de leur profondeur, de leur vérité, de leur authenticité, de leur Soi, de leur «âme»  par les «carapaces, les liens, les ennemis», etc. ...Vous avez pu voir une liste assez exhaustive, à travers maintes et maintes traditions, des multiples noms de ces Obstacles dans notre ouvrage sur ce sujet!

Pour qui ne veut pas trouver instantanément un  facile Bouc-émissaire à tous ces «blocages» (état de la société, mauvaise éducation reçue, limites individuelles familiales, culturelles, astrologiques, etc.), la Dodécalogie permettre de constater rapidement que ces capacités intrinsèques que l'on dit freinées, coupées ou déviées dans leur extériorisation ne le sont peut-être que parce qu'elles n'ont pas à se manifester en ce moment;  ou de cette manière; ou pas du tout!

Pour enseigner la Patience, la Conscience au-delà de la conscience des choses, l'Unité de tout et donc la Confiance... Souvenez-vous de la règle d'or de Siddharta dans le livre d'Hermann Hesse; savoir patienter, jeûner, méditer! Égal: prendre son temps pour regarder et comprendre, plutôt que lutter à partir de ses notions d'impatient, d'aveugle et de guerrier!

Quelle patience, en effet, alors, à la manière symbolique qu'exposent les Contes de fées (attitude  «Belle au bois dormant»), ou les Dits «traditionnels» (Seigneur que ta Volonté soit faite, Om Tat sat, Dis Allah et laisse le monde à ses vaines affaires); ou la sagesse populaire: If it is it is! Let it be! Wait and see! T'en fais pas, tout va s'arranger! Y'a plus malheureux que toi! Ne va pas chercher midi à quatorze heures!

Certes, une telle conclusion admise, l'être se trouve  facilement face à une bien possible «passivité»! Les traditions nous l'ont déjà exposé, historiquement, depuis le Quiétisme jusqu'aux Mystiques (dans le vrai sens, pas dans son acception moderne «religieuse»), en passant par les «baba-cool» post-hippies, les «drainbows» ou certains «ermites» qui, aujourd'hui comme à l'époque de Diogène, vivent dans un tonneau ou un trou dans la terre (leur existence dans un prochain ouvrage!).

C'est là où les aventures de Jonathan Livingston le Goéland (R. Bach) sont très édifiantes:  elles valorisent a contrario de l'exemple du Cheval de Meyrink, l'effort, la volonté d'être le meilleur... et le résultat, mais lointain, sera le but de perfection souhaité par tous les aspirants à la pleine manifestation de leur «potentiel de créativité»!

Techniques or not techniques ?
That is the question! Mais si nous observons ce que sont les Techniques d'ouverture à ces potentiels, nous allons accéder à une réponse ambi-valente, donc véridique, puisque au-delà du simple oui ou non, dans la «conjonction  des opposés»:

Les Techniques sont de trois sortes; je les ai exposées de manière plus conforme à la nomenclature «religieuse» dans L'Inspiration:

  • Pour Sado-masochistes (des règles de vie strictes aux  répressions, et aux flagellations)
  • Pour Mégalomanes: glorification du moi-chercheur et technicien
  • Pour Actifs (A) refusant l'ennui ou (B) par juste, naturelle, expression vitale de tout être humain.

Il est évident que ce sont ces derniers dont il va être question maintenant, les précédents trouvant naturellement dans leurs pratiques une bénéfique Thérapie ou, comme nous venons de l'évoquer par l'exemple de Jonathan le Goéland, un procédé à long terme pour la Révélation du sens de la «douleur» et du Binaire: image populaire du quidam se tapant la tête contre un mur en évoquant l'extrême bien-être qu'il éprouvera en s'arrêtant. C'est l'un des Messages du Bouddha historique, cessant ses dures pratiques de sannyasin pour faire face au Réel direct, loin de toutes les manifestations aussi belles, mystérieuses, auto-valorisantes soient-elles..., à l'opposé de tous désir de plus, d'autrement, de... Créativité! N'est-ce pas en ce point prècis que se fait la confusion entre nos potentiels intrinséques et extrinséques: nos pulsions originelles ontologiques créatrices de nous-mêmes (= créature) face à nos désirs en puissance, nos impulsions émanant les maladies, événements, et pensées «erronées» rectificatrices?

Et alors ?
Ne pourrait-on pas affirmer alors, ces constats étant acceptés, que le désir de Créativité et les Techniques physiques, émotionnelles ou mentales pour ce faire sont les véritables Obstacles à la Créativité? Ne nommerons-nous pas, tout naturellement alors, cette dite «créativité» qui se manifeste lorsque cessent les désirs de créativité: Création?

Toute Création n'est-elle pas, à chaque instant, la Manifestation naturelle d'un être qui n'a pas de «but» en tête, se trouvant alors dans son Principe (souvenez-vous du Bereshit du début de la Genèse dit: «au commencement», mais justement traduit par: «en la tête»!).

«Alors tu pourras dire: J'ai trouvé un but parce que je n'en ai pas cherché» (G.Meyrink)!

Les Obstacles créés par la seule Notion mentale même de Créativité, avant même les techniques adjacentes, nous les percevons alors bien facilement: cette Notion donne des complexes, des regrets, induit la culpabilité, lorsque les «résultats» ne sont pas à la hauteur des espérances; voir la réaction haineuse des «Merde à Dieu» de Rimbaud, à «Dieu est mort» de Nietzsche, en passant par l'auto-déification de «Ni Dieu ni Maître», ineptie intellectuelle de l'A-théisme ou de l'Anarchie; voir le déclanchement des guerres!

Autre résultat: elle solidifie, cette Notion, l'Ego «inférieur», le Moi-je opposé au Soi: les apparences;  en un mot, la Dualité, lorsque les «résultats» sont favorables et «valorisants». Certes, toute extrême Dualité finissant par déclancher un «lâcher prise», ces Obstacles sont temporaires, même si de la voie «longue» de l'Alchimie. Vieux yang donnant le Yin...

Pire est l'Obstacle engendré par cette notion de Créativité qu'est la séparation opérée en l'être entre son monde et le monde: entre ce qu'il voit, sent, pense à partir de ses idiosyncrasies, de ses besoins compensatoires  fantasmagoriques, les  «leçons de l'existence» rectificatrices engendrées par eux ...et ce qui EST directement comme expression naturelle de son «êtreté», de son Imagination créatrice issue de l'Intelligence première, du Mutos ou du Logos d'Héraclite, du Haut Intellect (Guénon), du Tao de Vidya, du «Petit Prince» en lui, de l'«éternel Jonathan Livingston», etc... Cela est écrit un peu partout dans les Traditions ou les «philosophies de l'éveil»! Extrême réceptivité d'où surgit une Manifestation adaptée aux paramètres du moment, du lieu, de l'époque: vieux yin donnant le Yang.

Cette «créatio» alors est «originelle»; certains la nomment «signes de Dieu», Providence, «Hasard qui fait bien les choses», «émanations de l'Aigle» (Castaneda), «Tat sat, Ce qui est»... C'est l'arrivée du Prince charmant de la Belle au Bois dormant, les «synchronicités» si à la mode actuellement, la possibilité de comprendre le Paradigme holographique et le sens de toute manifestation: tout est alors perçu comme Harmoniques, Harmonie structurée par les lois de correspondance-répondance (Karuna Platon) du grand Architecte de l'Univers...

Mais attention: nullement là passivité! Ainsi le Bouddha remet en route la Roue de la Loi, le Moine Kunley (XVIe siècle) accepte de vivre de manière dissolue, le Christ est dit enseigner après sa retraite dans le désert... Mais pas action volontaire de déploiement, de créativité, de recherche de résultat! Non! «Seigneur que Ta volonté soit faite et non la mienne»,  A la grâce de Dieu, Inch Allah!  Let IT be!  «Restant tout le jour comme un idiot qui se laisse porter par le courant des choses» ((Huang -Po), en état de «docte ignorance» N. de Cues; détaché du détachement lui-même (fana al fanai):  Dharmakaya,  Danse de Shiva, etc..

Rien à «faire» d'autre que laisser faire ...ce qui se fait: la dite «action sans but» de l'Hindouisme; en toute conscience du phénomène souvent étonnant, extra-ordinaire, «magique», mais également en pleine conscience du Message, à chaque instant, du fait que cette Pulsion vitale créatrice des Evénements a une double fonction: Vérification ou Rectification «demandée». Image de la bille, en un jeu de flipper, qui modifie sans cesse sa conduite pour parvenir à ses «fins»... Ses fins, dans le cas d'un être humain? Le retour à cette Source de Vie qui le manifeste créature et manifeste toutes choses devant lui, cette Source créatrice intrinsèque que, dans sa nostalgie naturelle de la retrouver en lui et lui-même (mnemosis de Platon!), il a tenté de dégager de ses poisons, ses cuirasses, ses imageries (son mental volontaire) à l'aide d'autres identiques poisons, cuirasses, imageries, c'est-à-dire de Techniques ...Pire, en y regardant bien: chaque coup de pelle des Techniques de Créativité qui pioche ses capacités extrinsèques les valorise plus encore, comme on fait tourner et retourner dans ses pensées une ritournelle de chansonnette que l'on voudrait à toute force faire s'éclipser!

Concluons :
En résumé rapide: Vouloir opposé à Volonté... Pulsion face à Impulsions...

En constat «terre-à-terre»: difficile de différencier les deux, leur Origine étant commune, le potentiel extrinsèque de nos capacités étant une déformation de l'intrinsèque.

En conclusion: Orgueil juste ou vanité réactionnelle? «Il y a une certaine sottise à glorifier la volonté (...) qui dénote l'infériorité»: elle maintient dans les capacités extrinsèques, obstacle aux intrinsèques, obstacles à «ce qui est essentiel, vital, ce qu'exige votre vie et non ce qu'imagine votre ego» (D-H Lawrence)...

Mais, comme on le comprendra, tout étant unifié dans la Source créatrice de tout, toute Technique par recherche ou refus des recherches finira toujours par conduire à cette Source, comme on remonte les affluents d'une rivière; le seul Obstacle, in fine, est donc l'Impatience, le désir de Faire, d'Avoir l'Être au lieu de l'être tout de suite;  notre Livre du Chemin concluait: au bout de l'Ascension,
???
Il «suffit» de VOIR!

Mais chacun fait ce qu'il peut!

Emmanuel-Yves Monin


Article d' Emmanuel-Yves MONIN paru dans "Rectoverseau", Février 2008
Derniers ouvrages de l'auteur : l'Inspiration et La Mécanique des Relations.

A voir aussi :

Livre

Livre_d_Emmanuel-Yves_Monin-la-mecanique-des-relations

 La Mécanique des Relations

(Au dessus des rapports humains conventionnellement hypocrites...)

Livre

Livre_d_Emmanuel-Yves_Monin-l_inspiration

L'Inspiration

L'inspiration?

 

Pour le Maintien des Valeurs Traditionnelles